Six films définitifs : le guide ultime du débutant sur Werner Herzog

Le cinéma du cinéaste allemand Werner Herzog est presque un genre en soi, l’auteur étant connu pour son approche méditative et philosophique de ses contes narratifs et de ses documentaires. Un talent aux multiples facettes, si Herzog a commencé par faire des films narratifs en langue allemande, au fur et à mesure de sa notoriété, la diversité de ses projets s’est élargie, allant vers le cinéma documentaire et même le cinéma hollywoodien.

Avec des réflexions existentielles profondément réfléchies, Herzog emmène le public dans des voyages psychoactifs qui explorent certains des sujets les plus fascinants de la vie, de l’arrogance de l’effort humain dans Fitzcarraldo en 1982 à la nouvelle réalité éthérée d’Internet, analysée en 2016 Lo and Behold, Reveries of the Connected Monde. Présentant souvent des protagonistes qui s’efforcent d’aller de l’avant avec une ambition illimitée, Herzog a un œil curieux pour les individus les plus fascinants de la vie.

Réalisant son premier film en 1961 à 19 ans, Herzog a depuis connu plus de 50 années prolifiques dans l’industrie cinématographique. Il a eu la chance de collaborer avec Tom Cruise, Nicolas Cage, Val Kilmer, Christian Bale et son bras droit de longue date, Klaus Kinski. Un visionnaire excentrique qui évolue après chaque projet, rejoignez-nous alors que nous revenons sur les six films les plus définitifs de l’étonnante carrière de Werner Herzog.

Les six films définitifs de Werner Herzog :

Signes de vie (1968)

Réalisant des courts métrages tout au long de sa jeunesse, Herzog fera rapidement partie du mouvement du nouveau cinéma allemand avec ses collègues réalisateurs en plein essor Rainer Werner Fassbinder et Volker Schlöndorff. Cela a conduit le cinéaste à réaliser son tout premier long métrage en 1968 sous la forme de Signs of Life, une histoire de la Seconde Guerre mondiale sur trois soldats blessés qui sont retirés de la bataille et chargés de s’occuper d’une forteresse dans une petite ville côtière.

Tout comme la filmographie ultérieure de Herzog, le film s’intéressait passionnément au fonctionnement de l’esprit humain, en particulier face à de graves conflits moraux. Mettant en vedette Peter Brogle et Wolfgang Reichmann, le film remportera plusieurs prix, dont le prix extraordinaire du jury de l’Ours d’argent au Festival international du film de Berlin.

Aguirre, la colère de Dieu (1972)

Un autre succès pour Herzog est venu sous la forme du film expérimental de niche Even Dwarfs Started Small en 1970 et du documentaire non narratif Fata Morgana. Ceux-ci ont été suivis de son chef-d’œuvre bien connu de 1972, Aguirre, la colère de Dieu. Tourné dans la jungle d’Amazon avec un budget restreint, le drame historique épique de Herzog est l’une des œuvres déterminantes du nouveau cinéma allemand, mettant en vedette sa première collaboration avec l’acteur Klaus Kinski.

S’appuyant sur le mythe d’El Dorado, Herzog lance une puissante enquête sur la cupidité et le désir dans le film de 1972, qui suit Aguirre, le conquistador faustien, rendu fou par la chaleur torride de l’ambition alors qu’il mène une recherche pour trouver la terre mythique. . Long métrage le plus complet de la filmographie d’Herzog, Aguirre est la plus belle vitrine de sa fascination pour la nature, le désir et l’humanité.

L’énigme de Kaspar Hauser (1974)

En effet, les années 1970 sont une période particulièrement florissante pour Herzog, le cinéaste réalisant deux de ses plus grands films de tous les temps à Aguirre, La Colère de Dieu et L’énigme de Kaspar Hauser, deux ans plus tard. Basé sur son propre livre, le film raconte l’histoire d’un jeune homme nommé Kaspar Hauser qui apparaît soudainement à Nuremberg en 1828 avec une note étrange, à peine capable de parler ou de marcher.

Le film suit le penchant de Herzog pour les contes naturellement humains qui dévoilent le fonctionnement interne, mené par la performance fantastique de Bruno S. dans le rôle principal, qui retravaillera plus tard avec Herzog sur Stroszek. Remportant la Palme d’argent au Festival de Cannes et nominé pour une Palme d’or, le film de Herzog de 1974 est l’un de ses plus décorés.

Fitzcarraldo (1982)

Le film narratif le plus célèbre de Werner Herzog est venu plusieurs années après son épanouissement dans les années 1970, faisant Fitzcarraldo après la sortie de Stroszek en 1977, ainsi que Nosferatu le vampire et Woyzeck en 1979. Entouré de problèmes de production infâmes, Herzog a tiré un bateau dans la boue montagne dans la jungle amazonienne pour la réalisation de Fitzcarraldo, montrant son pur dévouement à l’épopée cinématographique sur un excentrique maniaque.

Une autre collaboration avec Kinski dans ce qui est sûrement son rôle de film le plus scandaleux, Fitzcarraldo est un exploit cinématographique surréaliste et étonnant sur un homme obsédé par l’opéra qui tente de concevoir un opéra au milieu de l’Amazonie. Chef-d’œuvre bizarre et mythique, le classique de Herzog de 1982 pourrait bien être son plus impressionnant techniquement.

Homme grizzly (2005)

Ce serait une erreur de ne pas inclure l’un des documentaires fondateurs de Herzog sur une liste de ses six films les plus définitifs, Grizzly Man de 2005 étant le plus populaire de ses nombreuses explorations factuelles. Venant plusieurs années après son apogée à la fin du 20e siècle, Grizzly Man est une tentative d’analyse humaine dans la veine de ses précédents classiques de fiction, racontant l’histoire de Timothy Treadwell, un activiste des grizzlis. Ce dernier vivait avec les créatures plusieurs mois chaque année.

Sorti des années après le virage d’Herzog vers des documentaires revigorants, libérant Lessons of Darkness, Bells from the Deep et Little Dieter Needs to Fly tout au long des années 1990, Grizzly Man était l’aboutissement parfait des nouvelles compétences d’Herzog. Un succès critique et commercial, il y a une profonde humanité innée dans le film de Herzog de 2005 qui ressemble à une utilisation vraiment honnête et noble du cinéma documentaire.

Romance familiale, LLC. (2019)

Dans le cinéma contemporain, Herzog est reconnu comme l’un des documentaristes les plus influents de tous les temps, ses films de fiction narratifs n’étant pas aussi reconnus que ses explorations modernes de l’homme. Ses films du XXIe siècle comprenaient de fréquentes collaborations avec certains des plus grands noms d’Hollywood, notamment Christian Bale dans Rescue Dawn, Nicolas Cage dans Bad Lieutenant: Port of Call New Orleans et Queen of the Desert avec Nicole Kidman.

Cependant, après le succès de Grizzly Man, ses efforts documentaires n’ont pas cessé non plus, se faisant un nom parmi les cinéphiles modernes avec des explorations telles que Rencontres au bout du monde, Cave of Forgotten Dreams et Into the Abyss. En effet, sa filmographie moderne est l’aboutissement d’une carrière d’un demi-siècle, utilisant tous les bras du médium cinématographique pour raconter ses histoires incroyables.

Bien qu’il ne soit pas son plus grand film, Family Romance, LLC. agit comme la plus grande représentation d’Herzog dans le cinéma moderne, racontant une histoire étrange qui mélange à la fois des éléments narratifs et documentaires. Tout cela suit un homme au Japon qui est engagé pour se faire passer pour le père disparu d’une jeune fille, les deux explorant la ville et appréciant la compagnie de l’autre tout en essayant d’ignorer l’artifice de leur relation.

Herzog oscille entre réalité et fiction avec une distinction floue, bien que dans le processus trouve quelque chose d’intrinsèquement honnête sur les relations modernes et la vie contemporaine.

Le plus populaire

{{#.}} {{#articles}} {{#title}} {{/title}} {{/articles}} {{/.}}