Diffusez-le ou sautez-le: « The Turning Point » sur Netflix, un drame italien de gangsters impairs qui oscille entre les genres

The Turning Point de Netflix – La Svolta – tente de marier deux genres : la comédie improbable et le drame de gangster renfrogné. Il se présente en quelque sorte comme un véhicule Frank Grillo de classe B avec un penchant Judd Apatowian, avec peut-être un complot d’enlèvement condamné à la Coen Bros. . Voyons où celui-ci atterrit.

L’essentiel: Ludovico (Brando Pacitto) a un très joli condo – spacieux, hauts plafonds, encastrés, ni trop vieux ni trop neufs ; Je remarque ces choses – mais ça va lentement se transformer. Il ne s’en occupe tout simplement pas. Et son père, même s’il ne vit pas là-bas, casse le cul de Ludo pour ne pas avoir fait la vaisselle et ainsi de suite, et lui reproche d’avoir quitté l’université et de perdre son temps à dessiner des bandes dessinées. Il y a une raison à ce relâchement perçu : Ludo est en proie à une dépression d’un an. Il est renfermé, peu sûr de lui, sujet aux crises d’angoisse. Il est dans la vingtaine, porte un bonnet en tricot sur son léger cas de calvitie masculine et regarde de loin sa jolie voisine s’en prendre à son petit ami connard. C’est une ouverture, peut-être, mais il se sent sûrement incapable de la traverser.

Ailleurs, un motard en sueur s’arrête dans un bar avec un sac à dos, et il est clair qu’il y a quelque chose d’important là-dedans. Avant même qu’il puisse dire « Donne-moi une bière » au barman sans préciser quelle bière, comme ils le font toujours dans les films, un autre motard différent fait le vieux snatch-and-dash avec le sac à dos. Il est dehors, sur son vélo, poursuivi par le premier motard jusqu’à ce qu’il s’écrase et se cache derrière une benne à ordures. C’est Jack (Andrea Lattanzi), voleur de carrière, et heureusement pour lui, Ludo sort enfin les poubelles. C’est une ouverture, et Jack n’est pas du genre à ignorer de telles opportunités : il force Ludo sous la menace d’une arme à le cacher dans son appartement.

Ceci, comme on dit, est le début d’une amitié bee-yoo-tiful. C’est rocheux au début, compte tenu de la façon dont Ludo a une attaque de panique en montant les marches, comme le pourrait toute personne qui n’a pas l’habitude d’avoir une arme pointée sur eux. Jack n’est pas particulièrement gentil, mais au moins il aide Ludo à prendre les médicaments dont il a besoin pour se calmer. Bien sûr, le sac à dos est plein d’argent. QUEL GENRE D’ARGENT, vous pourriez demander si vous vous appelez Lisa (comme dans « tu me déchires, Lisa »), et la réponse est, le genre d’argent qu’un patron de la mafia envoie ses sbires A-gamer pour obtenir le restituer par tous les moyens nécessaires.

Il ne faut pas longtemps avant que Jack et Ludo se réchauffent, le premier considérant le second comme une sorte de projet d’entraînement à l’affirmation de soi : faites-lui cesser d’être indécis, essayez de faire ce qu’il aime dans la vie, demandez à Rebecca (Ludovica Martino ) à l’étage, etc. Ils finissent par être un peu comme des frères ou des meilleurs amis. Jack répare certains des trucs cassés autour de l’appartement; ils discutent avec Rebecca et sa colocataire espagnole (Chabeli Sastre Gonzalez); ils fument de l’herbe et ont des conversations profondes. Dommage qu’ils ne puissent pas quitter l’appartement, car des essaims de voyous là-bas n’attendent que de tuer Jack et tous ceux qui pourraient être associés à lui. C’est ce qu’on pourrait appeler un problème majeur.

Photo : Netflix

Quels films cela vous rappellera-t-il ? : The Turning Point est un drame policier emo moderne fortement influencé par Pulp Fiction : vous avez la moralité relative des escrocs, des gangsters bavardant comme des voyous dans un cercle de couture, un coup dans le coffre, un méchant qui aime donner des discours durs et froids avant qu’il n’envoie un MFer et un MacGuffin à l’intérieur d’une chose avec une poignée dessus.

Performances à surveiller : Pacitto et Lattanzi sont ici sur un pied d’égalité, jouant des fleurets dramatiques bien rendus qui trouvent l’amitié dans une situation improbable.

Dialogue mémorable : Jack aborde l’isolement ressenti par Ludo : « Vous n’avez pas à vous sentir seul. L’humanité est seule. Ce n’est facile pour personne. »

Sexe et peau : Il s’avère que la jeune Espagnole n’a aucun problème avec la nudité, car elle est superflue déshabillée lorsqu’elle demande à Ludo de l’aider avec sa plomberie. (C’est une description littérale, mais c’est tout à fait compréhensible si vous le prenez comme un double sens.)

Notre avis : File The Turning Point sous agréable surprise. Ce n’est rien de bouleversant, juste un drame de poids moyen avec quelques touches comiques et une chimie sympathique entre ses deux protagonistes. Je ne suis pas sûr que la prémisse soit tout à fait plausible (il semble que ce serait plus difficile et plus long de pardonner à un gars qui vous a mis une arme à feu), et cela suit des tropes familiers avec le casting de soutien (les femmes à l’étage sont finement rendu, les méchants sont des psychopathes colorés), mais cela se passe généralement facilement (dommage à propos de cette fin, cependant).

Le réalisateur Riccardo Antonaroli cultive beaucoup de bonne volonté entre les personnages de Jack et Ludo et refuse de les laisser exister en tant que stéréotypes. Le scénario prend au sérieux les luttes psychologiques de Ludo, l’élevant au-dessus du perdant pathétique typique; et Jack montre une certaine sensibilité non seulement en offrant à Ludo un paiement de 5 000 euros pour l’avoir laissé s’écraser là-bas, mais en lui montrant un peu d’amour fraternel du type qu’il a perdu de nombreuses années auparavant. Le film ne va pas changer notre façon de penser à la maladie mentale ou aux relations kidnappeur-abducté, mais il montre une volonté de sortir des limites habituelles des images de genre similaires.

Notre appel : STREAM IT (mais gardez vos attentes modestes). The Turning Point dure 95 minutes agréablement regardables, ce qui est bien plus que ce que l’on peut dire sur de très nombreux films.

John Serba est un écrivain indépendant et critique de cinéma basé à Grand Rapids, Michigan. En savoir plus sur son travail sur johnserbaatlarge.com.