Diffusez-le ou sautez-le: « Nager avec les requins » sur la chaîne Roku, où Kiernan Shipka est un stagiaire hollywoodien obsédé par le PDG du studio

Si vous vous souvenez de quelque chose du film de 1994 Swimming With Sharks, c’est l’une des nombreuses diatribes de Kevin Spacey en tant que directeur vicieux d’un studio de cinéma. Vingt-huit ans plus tard, une nouvelle version de Swimming With Sharks conserve une partie de cette même méchanceté, mais répartit la richesse entre ses stars, Kiernan Shipka et Diane Kruger. Lisez la suite pour en savoir plus.

Tir d’ouverture : Scènes d’Hollywood la nuit. Une voix dit : « À Hollywood, le moyen le plus rapide d’accéder au sommet est de travailler pour quelqu’un qui y est déjà.

L’essentiel: Alors que Lou Simms (Kiernan Shipka) entame sa première journée en tant que stagiaire pour Fountain Studios, elle arrive au moment même où Travis (Thomas Dekker), l’assistante du PDG Joyce Holt (Diane Kruger) est en pleine réunion d’orientation. Quand il dit qu’elle est en retard, Travis l’informe que quand il est écrit neuf heures, cela signifie en réalité 8h30.

Joyce est un patron notoirement dur, qui a traversé de nombreux assistants et stagiaires. Elle est également sous le feu à Fountain, attendant que le président de la société, un vieux raciste grincheux nommé Redmond (Donald Sutherland) meure enfin afin qu’elle puisse reprendre la société et faire venir des investisseurs étrangers afin qu’elle puisse rivaliser avec de plus grands studios sur les droits du film. aux auteurs à succès comme Meredith Lockhart (Erika Alexander).

Malgré le fait qu’elle soit une stagiaire sans visage, Lou se fait connaître dans le studio le premier jour, se liant d’amitié avec Marty (Finn Jones), un ancien stagiaire qui est maintenant vice-président du développement. Il y a une raison pour laquelle elle est si fascinée par Joyce, comme nous le voyons dans son appartement ; elle a un mur de photos du PDG, y compris une photo où elle a marqué le visage du mari de Joyce, Miles (Gerardo Celasco).

La vie de Joyce en dehors du studio est nettement différente de l’image dure, exigeante et abusant de l’assistant qu’elle projette au travail. Elle et Miles essaient de concevoir, et leur vie sexuelle est au mieux médiocre; elle trouve satisfaction en parcourant les rues la nuit à la recherche de f-boys de skateboard.

Lorsque Meredith accepte un accord d’Universal pour les droits cinématographiques de ses livres, Lou prend sur elle de convaincre Meredith de se retirer de l’accord. Il s’agit d’une pastille insérée dans sa culotte dans les toilettes d’un club. Disons que Lou obtient ce qu’elle veut.

Photo : Chaîne Roku

Quelles émissions cela vous rappellera-t-il ? Prenez l’intrigue du film original de 1994, Swimming With Sharks, et croisez-la avec un autre film des années 90, Single White Female, et vous obtenez cette version de Sharks.

Notre avis : La productrice exécutive Kathleen Robertson (qui joue également Olive) a pris la structure de base du film de Kevin Spacey/Frank Whaley et l’a collée sur une histoire d’obsession quasi psychotique. Ce faisant, elle rend essentiellement Swimming With Sharks plus savonneux que nécessaire, avec de nombreux éléments qui sont ajoutés pour une valeur de choc mais qui n’ajoutent pas vraiment à l’essence de l’intrigue.

Les gens se souviennent du film original principalement à cause de la violence de Spacey en tant que dirigeant de studio tyrannique, ce qui a poussé le personnage de Whaley à se venger. Alors que Kruger joue assez bien les parties difficiles de Joyce Holt, la série s’efforce de montrer exactement pourquoi elle est si dure. Traverser une industrie aussi centrée sur les hommes que les studios de cinéma donne à une personne une peau dure, surtout lorsque des hommes comme Redmond détiennent tout le pouvoir.

Dans le deuxième épisode, Redmond humilie Joyce en lui ordonnant de doigter sa jeune petite amie comme moyen de punition pour elle essayant de courtiser des investissements extérieurs. Entre cela et ses problèmes à la maison, il est presque compréhensible qu’elle soit si ferme au travail. Quoi qu’il en soit, elle n’est pas aussi vicieuse qu’on pourrait s’y attendre, surtout par rapport au personnage de Spacey.

La plupart de la folie tombe sur Shipka, qui joue assez bien l’obsession aux yeux vides. Oui, elle essaie de percer son image de Sally Draper depuis des années, mais ce spectacle l’accomplit définitivement, en particulier la scène où elle frotte cette pastille contre ses parties intimes afin d’attirer Meredith. Mais nous pouvons aussi voir où tout cela va, car Joyce finit par faire de plus en plus confiance à Lou, puis est victime de l’obsession de Lou.

Y aura-t-il des rebondissements en cours de route ? Ouais; le deuxième épisode se termine sur une note négative pour Alex (Ross Butler), l’autre assistant de Joyce, qui essaie d’être sobre dans une entreprise où tout le monde boit beaucoup. Mais ces rebondissements seront-ils pertinents pour l’intrigue principale? Probablement pas.

Sexe et peau : Marty parle du contrat d’auteur alors qu’il est dans un club de strip-tease. Nous voyons Lou dans ses sous-vêtements, et bien sûr le truc des losanges. Mais tout est habillé et/ou sous couverture.

Tir d’adieu : Alors que nous voyons Lou regarder son «mur de Joyce Holt» et prononcer par cœur l’un des discours de Joyce, nous revenons à Lou en prison, regardant ce discours sur un vieil écran d’ordinateur.

Étoile dormante : Donald Sutherland est excellent dans le rôle de Redmond, qui est censé être à l’article de la mort mais qui est toujours un foulque raciste amer qui veut que l’entreprise fonctionne à sa guise, même après sa mort.

Ligne la plus pilote : Quand Travis voit Lou dans le bureau de Joyce, il dit : « Vous ouvrez à nouveau cette porte, vous allez lancer des smoothies au Van Nuys Jamba Juice si vite, vous ne saurez pas ce qui vous a frappé. Ah, la menace étrangement spécifique. Toujours encombrant, jamais spirituel.

Notre appel : DIFFUSEZ-LE. Nous n’aimons pas Nager avec les requins, à cause de sa nature trash pour la poubelle et du fait que l’histoire semble assez prévisible. Mais la performance de Shipka empêche le spectacle de devenir vraiment campy.

Joel Keller (@joelkeller) écrit sur la nourriture, le divertissement, la parentalité et la technologie, mais il ne se leurre pas : c’est un accro de la télévision. Ses écrits ont été publiés dans le New York Times, Slate, Salon, RollingStone.com, VanityFair.com, Fast Company et ailleurs.