Diffusez-le ou passez-le: ‘Jane by Charlotte’ en VOD, un documentaire mère-fille d’une intimité désarmante

Désormais en VOD, Jane by Charlotte est exactement comme annoncé : un portrait de Jane Birkin par sa fille, Charlotte Gainsbourg, qui fait ses débuts de réalisatrice avec ce documentaire brut et personnel. Birkin est une actrice et chanteuse surtout connue pour ses collaborations musicales avec la légende de la pop française Serge Gainsbourg ; leur collaboration personnelle la plus célèbre est leur fille Charlotte, une actrice dont la filmographie va de l’Antéchrist à Independence Day: Resurgence. Charlotte travaille à la fois derrière et devant la caméra, interviewant sa mère d’une manière si intime et conversationnelle, le film oscille entre poignant et indulgent.

L’essentiel: Jane et Charlotte sont au Japon, la première pour se produire en concert, la seconde pour tourner un film. Jane a au début des années 70 au moment du tournage, Charlotte a environ 50 ans. Ils parlent avec des voix si sourdes que le bruit des insectes bourdonnant à proximité menace de les noyer. Charlotte énonce clairement sa thèse : avoir un nouveau point de vue sur sa mère, et s’aventurer en « territoire inexploré ». Jane avoue avoir été intimidée par Charlotte lorsqu’elle était enfant, ce qui peut être interprété comme la première apparition du spectre de Serge dans le film, une présence quasi constante. Leur conversation commence à se sentir thérapeutique – ils établissent des liens entre les événements de leur passé individuel et collectif, et parfois entre leur moi le plus profond.

Charlotte et sa fille Jo rendent visite à Jane chez elle en Bretagne. Jane parle de la façon dont elle a l’impression d’avoir vieilli physiquement plus récemment que jamais. Elle s’assoit pour une séance photo pour Charlotte. Elle raconte une histoire sur la façon dont un miroir dans sa maison la rend si belle, elle s’est coupée les cheveux et a ensuite été horrifiée de se voir dans un miroir différent. Elle parle du fait qu’elle ne peut pas jeter des choses, même de vieilles piles, et appelle cela une maladie (ce qui m’a rappelé les deux Edith Beales dans Grey Gardens); Charlotte et ses frères et sœurs vont s’amuser à nettoyer tout ça, plaisante-t-elle. Jane pense que l’éclairage d’une pièce est sombre, mais Charlotte le trouve magnifique.

Ils se rendent à New York pour le concert de Jane au Carnegie Hall (« N’importe qui peut avoir le Carnegie Hall », plaisante Jane. « Vous le louez. »). Ils interpréteront une chanson ensemble, un duo; Iggy Pop fera également une apparition spéciale pendant le spectacle, une sous-intrigue fascinante laissée en suspens. De retour en France, ils visitent leur ancienne maison, où ils vivaient avec Serge, et elle semble intacte depuis des décennies – un cendrier rempli de mégots de cigarettes est posé sur une table, rappelant peut-être que le grand musicien qui vivait et travaillait ici fumait et buvait aussi beaucoup et est mort d’une crise cardiaque. Tout est si méticuleusement préservé ou restauré – par Charlotte, apparemment – Jane dit que c’est « comme Pompéi ». Plus tard, Jane continuera à parler ouvertement et honnêtement de son diagnostic de cancer, des étranges habitudes de sommeil qu’elle a gardées pendant des décennies, de ses problèmes d’insomnie, du fait qu’elle a commencé à prendre des somnifères à l’adolescence, de sa défunte fille Kate, du fait qu’elle reste parfois dans lit jusqu’à 15 heures. Elle est à une étape remarquablement réfléchie de sa vie, semble-t-il.

Photo : Samir Hussein/WireImage

Quels films cela vous rappellera-t-il ? : Avec Stories We Tell, Sarah Polley a plongé profondément dans sa propre famille, mais avec une approche beaucoup plus ciblée et créative.

Performances à surveiller : Birkin est scandaleusement sans surveillance ici.

Dialogue mémorable : Gainsbourg : « L’idée est de te regarder comme jamais je n’ai jamais osé te regarder. »

Sexe et peau : Rien.

Notre avis : Jane de Charlotte est-elle un portrait de la dépression, ou simplement une réflexion sur une vie de grande créativité, d’amour et de tragédie ? Les deux, peut-être – on n’a pas envie de psychanalyser à distance, et après avoir passé seulement 90 minutes avec une personne. Mais il est facile de réaliser à quel point le film peut être spécial, dans les commentaires confiants et non filtrés de Jane et la curiosité compatissante de Charlotte. Structurellement, c’est un méli-mélo, une collection de souvenirs qui finissent par devenir plus intenses dans le sujet (cancer, mort) et peut-être, mais seulement peut-être, fusionner en quelque chose de significatif pour le spectateur.

J’ai l’impression que les personnes ayant des parents vieillissants et malades peuvent ressentir plus profondément la connexion de Jane et Charlotte – elles sont plus sensibles au tic-tac de l’horloge. On pourrait en déduire que leur relation était auparavant tendue ou distante, mais cela n’est jamais précisé; le film fonctionne derrière une gaze éthérée de réminiscence mélancolique. L’objectif de Charlotte d’avoir une nouvelle perspective sur sa mère semble réussi, bien qu’il soit difficile de le déterminer avec certitude. Elle est certainement sérieuse dans sa tentative de prendre davantage soin de sa mère, de la comprendre et de l’aimer davantage. Si l’assemblage de ce film a rendu cela possible, alors c’est merveilleux. Il est difficile de ne pas comprendre les luttes et les tragédies de Jane ; il est également difficile de ne pas voir ce film comme une entrée de journal inconfortablement intime.

Notre appel : Jane de Charlotte peut être belle, triste et poétique, tout comme son créateur et son sujet. C’est une montre convaincante, alors STREAM IT, mais il est difficile de prétendre qu’elle est essentielle.

John Serba est un écrivain indépendant et critique de cinéma basé à Grand Rapids, Michigan. En savoir plus sur son travail sur johnserbaatlarge.com.